Les éco-logis d’Ensarnaut

Blog

Nos toilettes sèches « pédagogiques »

Initiation aux toilettes sèches: notre gîte Laurier est équipé d’une toilette à litière bio-maitrisée, en double d’une toilette à eau, pour permettre le libre choix.

Nos toilettes sèches pédagogiques… Pour choisir en connaissance de cause!
Il ne s’agit pas de « trôner » de concert (ou de conserve, l’un et l’autre se dit,… ou se disent…), mais de pouvoir choisir, essayer, comparer…calculer les litres d’eau potable épargnés !…

Nous ne résistons pas au plaisir de vous offrir ce poème de Patrick Bertrand

UN PETIT COIN DE PARADIS

Vous qui siégez ici pour la première fois,
Ne soyez pas surpris par ce décor en bois.
Ça paraît archaïque, ça manque de faïence,
C’est pourtant écolo et au top de la science.

Détendez-vous un peu ; yeux mi-clos, inspirez.
Votre nez est flatté par un parfum boisé.
Vous pouvez laisser choir les repas digérés,
Vous n’avez pas de plouf, tous les bruits sont feutrés.

Ne cherchez pas la chasse, on a bien mieux ici,
Ce n’est pas compliqué, un seul geste suffit :
En jetant dans le seau une poignée de sciure,
Vous économisez douze litres d’eau pure.

Il ne vous reste plus qu’à vous laver les mains.
Ce n’est pas plus sorcier, vous reviendrez demain.
Quand le seau sera plein, il faudra le vider
Sur le tas de compost, dans un coin réservé.

Alors commencera une alchimie subtile :
L’azote et le phosphore, qu’on croyait inutiles,
Au carbone mêlés enrichiront l’humus,
Et on regrettera qu’il n’y en ait pas plus…

Après un an ou deux, sans polluer la terre,
Ni troubler l’eau qui dort, ni empester les airs,
Les bactéries sauront nous donner le meilleur
Des terreaux pour nos arbres et nos plus belles fleurs.

Et un dernier détail pour tous les étourdis,
Afin de vous garder de toute raillerie :
Ces toilettes n’ont pas la moindre chasse d’eau,
Mais sous le siège en bois, n’oubliez pas le seau !

Et voilà tout est dit, je vous ai dévoilé
Le secret de ces lieux ignorés du plombier.
Peut-être aimeriez-vous faire aussi bien chez vous ?
Et que ces lieux de rêve se répandent partout.

Patrick Bertrand

et si on croquait les poneys?

Nos séances de « crayons en balade », ces promenades-croquis en pleine nature,  nous amènent à croiser le troupeau de poneys au détour d’un sentier, dans une combe bien à l’abri, ou bien sur le plateau en plein vent…
La rencontre est toujours trop belle pour ne pas essayer de les « croquer »…oui, mais, pas facile… d’abord ils bougent tout le temps, et surtout, ils veulent croquer à leur tour!!

 


Pas facile de croquer un poney qui veut croquer!!!

 


Ithaque, très coopératif, vient faire du rangement dans les affaires de Nicole!


La palette des couleurs annonce  l’automne…

 


Les poneys ont fait leurs réserves et sont bien gras pour pouvoir affronter l’hiver.

 


Profitant de la sieste du troupeau, Evelyne…

 


…va « décalquer » les poneys..

 


Un moyen ludique et efficace pour affiner son geste, trouver les proportions.


Père et fils croquant ensemble


Ce qui est curieux, c’est que dès qu’on veut dessiner un poney, il y en a tout de suite un autre qui vient s’interposer; comme si notre regard leur était comme une caresse…

émission radio « radio Coteaux »

J’ai répondu à l’aimable invitation de César et Patrick, animateur et technicien, responsables de la radio locale « Radio Coteaux » le 14 février; j’ai été reçu dans les studios

de Saint Blancard, où j’ai présenté, dans une ambiance très agréable, le passé, le présent…et le futur imaginé d’ENSARNAUT

 

Journée Nature « Découvertes au fil du chemin »

Cette année encore, Ensarnaut participera aux Journées Nature de Midi-Pyrénées.

le Dimanche 27 Mai, les 65 ha du domaine seront exceptionnellement ouverts au public, pour une randonnée-promenade :« Découvertes au fil du Chemin »

Par petits groupes, guidés par des « personnes ressources » passionnées et donc passionnantes, nous suivrons un parcours balisé, ponctué d’installations artistiques et d’ateliers animés par des professionnels (animateurs nature, conteuse, botaniste). Nous pourrons ainsi découvrir la biodiversité et la richesse du site par différentes approches: ludique, scientifique, artistique, sensible, imaginaire…
L’activité se terminera par un pique-nique convivial acheté à notre petit marché de producteurs bios et /locaux. L’occasion de découvrir et de soutenir l’activité rurale.

Notre Journée Nature 2011

Cette semaine du 26 Mai au 3 Juin 2012 sera particulièrement riche en Activités Nature dans toute la région Midi-Pyrénées.
Une période idéale pour venir séjourner dans le Gers et pouvoir rencontrer des gens passionnés, qui vous feront vivre des expériences passionnantes, dans des secteurs très variés mais tous liés au respect de la nature et au développement durable.

Actuellement, notre gîte « Lauriers » est encore disponible pour cette période!

Le belvédère, ou « piège à siestes » de notre gîte Laurier, vous attend entre deux activités!!

Quand des lycéens nous bluffent

Le Mémorial de Caen, grâce au soutien de la Région Basse-Normandie, propose aux lycéens de la France entière, des DOM et des établissements français à l’étranger d’exprimer leur indignation face à des atteintes fondamentales aux Droits de l’Homme.

Depuis 14 ans, des milliers de jeunes ont participé au concours de plaidoiries des lycéens et sont ainsi devenus les défenseurs d’une cause qui leur tient à cœur. Chaque année, au Mémorial, devant un jury composé de personnalités, un jury de lycéens et devant un auditoire de 3000 personnes, les équipes lauréates présentent leur plaidoirie.

Avec le soutien des partenaires du concours, Amnesty International, Reporters sans Frontières, la MGEN et les éditions Play Bac, quatre prix récompensent les qualités de conviction et d’engagement des jeunes avocats en herbe.

Ce concours, qui montre tout le talent d’adolescents faisant le choix de l’engagement en faveur des autres, s’inscrit dans une démarche civique d’Education à la Paix. Il est une formidable tribune d’expression et de liberté.

Si vous avez 9 minutes à …gagner (!)…regardez la vidéo de la lauréate: Alma Adilon-Lonardo …et puis, regardez les autres!!

sciences participatives… on a besoin de vous!

Les sciences citoyennes, ou sciences participatives, ou observatoires citoyens, sont des programmes de recherche associant des scientifiques et la participation du grand public. Des volontaires néophytes, amateurs ou éclairés transmettent leurs observations suivant un protocole défini pour chaque mission. Les études concernent principalement le domaine naturaliste. Pour les scientifiques, c’est la possibilité de récolter une grande quantité de données sur un territoire très étendu. Pour les volontaires, c’est l’occasion de contribuer à la connaissance tout s’enrichissant de nouvelles expériences, le plus souvent en plein air. C’est étonnant de voir comme une action très simple et précise peut transformer notre perception et nous rendre plus réceptif.

Il y a actuellement; diffusé par ARTE un programme intitulé « Missions Printemps »  concernant l’étude du réchauffement climatique. Les 12 missions  sont passionnantes par leur simplicité, accessibles à toute la famille et illustrées par de petits films très bien faits. Les deux missions du moment: la feuillaison du noisetier et le chant du coucou.

Ici, à Ensarnaut, nous avons entendu notre premier coucou lundi 26 Mars. Les noisetiers, eux n’ont pas encore sorti leurs feuilles.

Pour participer et en savoir plus, rendez-vous vite sur le site ci-dessous

http://missionsprintemps.arte.tv/

Stage de clicker poneys à Ensarnaut; 2ème jour

Conditions climatiques totalement différentes pour ce deuxième jour; nous sommes sous régime de giboulées, avec nuages menaçants et vent glacial. (Mais comme l’organisation à Ensarnaut est irréprochable, il ne pleuvra pas avant la fin du stage!)
Première constatation, les poneys sont beaucoup plus attentifs, connectés. La meilleure preuve, ils ne broutent plus. Pourtant, à la sortie de l’hiver, se trouver les pieds sur un tapis d’herbe qui commence juste à pousser est un véritable supplice de Tantale!
Le concept est visiblement enregistré, les poneys ont compris qu’on attendait d’eux des propositions, et elles vont s’enchaîner avec de plus en plus de créativité.  Ithaque, notamment, a entrepris de grimper sur un tonneau, lequel a entrepris de rouler, tous deux poursuivis  par Juliette qui tentait de calmer le jeu. Ce sont évidemment ces scènes là qu’on ne parvient pas à photographier!!
Chose remarquable, ces poneys très gourmands, à présent pour la plupart en liberté, restent fixés sur leur partenaire humain, parfois distant de plusieurs mètres, sans se soucier du voisin, pourtant lui aussi pourvoyeur de clicks et de récompenses. Les équipes sont réellement formées et solides!
 

Des récompenses…encore des récompenses…toujours des récompenses…!!

Alimenter le stock de récompenses à temps devient l’obsession d’Alain!!! (en le voyant augmenter la cadence, je craignais pour ses doigts!!…et son équilibre mental!)

Fellow comprend que « ça » a quelque chose à voir avec les jambes…

Tendre la gauche…

…tendre la droite…

…et tendre les deux!!

Hélios se dit: « Ah bon, je dois faire quelque chose de ce tabouret? »…

« O.K., il faut monter dessus…jusque là, tout va bien… »

« Mais en plus il faut baisser la tête?… »

…Et oui, Hélios, regarde le gros Balder, il a très bien compris, lui!…

« Faut pas croire, ce n’est pas parce que je suis costaud que je ne suis pas souple, agile et subtil !!! »

Il y a une photo que j’aurais beaucoup aimé prendre, c’est celle de Picasso et son licol.
Picasso, nous a été donné parce que sa propriétaire ne parvenait plus à le contrôler. Ce petit rebelle  se cabrait quand on voulait lui mettre le bridon, toucher ses oreilles, le vermifuger, bref, ne supportait aucune contrainte au niveau de sa tête. Bien sûr on avait pu le désensibiliser  pour qu’il devienne un poney « bien élevé », mais il restait toujours un peu crispé à ce sujet.
J’ai été bluffée de voir à quelle vitesse (peut-être 10 min!!) , en liberté, il a appris à venir mettre lui-même son nez dans le licol que je lui présentais de façon tout à fait statique, en étant à deux mètres de lui. Il semblait même y trouver de plus en plus de plaisir. En repensant au problème, j’imagine que c’est parce que, enfin, c’était lui qui pouvait contrôler la situation, au lieu de la subir (et donc de la craindre)

C’est évidemment ce genre de petit miracle qu’on ne parvient pas à photographier!

Malgré le vent glacial, le soleil était au rendez-vous pour la traditionnelle photo de groupe.

 

Catherine complète la théorie, répond à nos différentes interrogations, et surtout, nous annonce que nous allons maintenant comprendre (dans notre chair!…) ce que nous avons exigé de nos poneys pendant ces deux jours… nous allons nous clicker deux par deux!

Brice, cliqué par Juliette, nous a bien fait rire, quand, sur un pied, bras tendu, en perte totale d’équilibre, il a failli se casser la figure avant de réaliser que c’est avec la porte du frigo qu’il devait faire quelque chose.
Durant cet exercice du « clickeur clické », nous avons pu réaliser l’importance de la justesse, de la précision et de la vitesse de réaction du clickeur par rapport à la proposition du clické.
Si le clické (donc le cheval) ne comprend pas, c’est toujours la faute du clickeur (Nous!!)

Ce qui est stupéfiant avec cette méthode, c’est de voir la quantité de choses que les poneys ont apprises en un jour et demi, et la vitesse à laquelle, une fois les bases mises en place, ils comprennent les nouveaux défis qu’on leur soumet.
Ils ont appris: que le click annonçait quelque chose de très agréable (la récompense)
Que certains comportements de leur part pouvaient déclencher ce click (et donc la récompense)
Qu’ils pouvaient faire plusieurs propositions sans aucune conséquence désagréable (pas de punition, juste une absence de click)
à partir de là, ils ont expérimenté et vite compris qu’ils pouvaient:
proposer de bouger une des  différente parties de leur corps (la tête, le regard, un antérieur, un postérieur)
proposer un mouvement, (en avant, en arrière, sur le côté) ou l’immobilité.
Qu’ils pouvaient suivre une « cible », la toucher, se placer dessus.
Que les différents accessoires qu’on leur présentait (Gros ballons, tapis à dérouler, tabourets, slalom, cerceaux, balles etc…) n’avaient rien d’effrayant mais étaient pleins de possibilités exploratoires (toucher, mettre en bouche, pousser, grimper dessus, gratter du pied, tourner autour, sauter etc…)
 

… Mais ils ont aussi appris qu’on pouvait… obliger « son humain » à clicker… comme Ithaque, le surdoué, qui se couchait, s’asseyait, grimpait sur un tabouret, escaladait le tonneau de plus en plus frénétiquement sans que Juliette réalise que c’était lui qui menait la danse!!

En conclusion, ces deux jours, qui n’ont été que du bonheur pour les stagiaires et pour les poneys, nous ont révélé l’incroyable efficacité du renforcement positif, de l’apprentissage dans le plaisir, et aussi qu’on sous estime complètement les capacités cognitives des poneys, leurs facultés d’observation, d’analyse, de concentration, de compréhension et du coup leur vitesse d’apprentissage, pour peu que nous leur donnions les bonnes « cléfs »

Si vous voulez en savoir plus, nous vous rappelons le site de Catherine Collignon: http://www.animalin.net/

Nous vous recommandons également l’excellent  numéro Hors série Mars/Avril de Cheval Magazine; « Montez éthologique » qui présente un  historique et un panorama des méthodes  d’apprentissages éthologiques (donc basées sur le comportement naturel des chevaux). Il est vendu avec un DVD sur le clicker, qui n’est qu’un résumé du DVD « cliquer sur le cheval » auquel a participé Catherine et qui est vendu  chez animalin : http://www.animalinboutique.fr/produits/index.php?catid=32

A bientot !

Venez vous ressourcer le temps d'une semaine ou d'un week-end...

Réservez votre séjour