Conditions climatiques totalement différentes pour ce deuxième jour; nous sommes sous régime de giboulées, avec nuages menaçants et vent glacial. (Mais comme l’organisation à Ensarnaut est irréprochable, il ne pleuvra pas avant la fin du stage!)
Première constatation, les poneys sont beaucoup plus attentifs, connectés. La meilleure preuve, ils ne broutent plus. Pourtant, à la sortie de l’hiver, se trouver les pieds sur un tapis d’herbe qui commence juste à pousser est un véritable supplice de Tantale!
Le concept est visiblement enregistré, les poneys ont compris qu’on attendait d’eux des propositions, et elles vont s’enchaîner avec de plus en plus de créativité.  Ithaque, notamment, a entrepris de grimper sur un tonneau, lequel a entrepris de rouler, tous deux poursuivis  par Juliette qui tentait de calmer le jeu. Ce sont évidemment ces scènes là qu’on ne parvient pas à photographier!!
Chose remarquable, ces poneys très gourmands, à présent pour la plupart en liberté, restent fixés sur leur partenaire humain, parfois distant de plusieurs mètres, sans se soucier du voisin, pourtant lui aussi pourvoyeur de clicks et de récompenses. Les équipes sont réellement formées et solides!
 

Des récompenses…encore des récompenses…toujours des récompenses…!!

Alimenter le stock de récompenses à temps devient l’obsession d’Alain!!! (en le voyant augmenter la cadence, je craignais pour ses doigts!!…et son équilibre mental!)

Fellow comprend que “ça” a quelque chose à voir avec les jambes…

Tendre la gauche…

…tendre la droite…

…et tendre les deux!!

Hélios se dit: “Ah bon, je dois faire quelque chose de ce tabouret?”…

“O.K., il faut monter dessus…jusque là, tout va bien…”

“Mais en plus il faut baisser la tête?…”

…Et oui, Hélios, regarde le gros Balder, il a très bien compris, lui!…

“Faut pas croire, ce n’est pas parce que je suis costaud que je ne suis pas souple, agile et subtil !!!”

Il y a une photo que j’aurais beaucoup aimé prendre, c’est celle de Picasso et son licol.
Picasso, nous a été donné parce que sa propriétaire ne parvenait plus à le contrôler. Ce petit rebelle  se cabrait quand on voulait lui mettre le bridon, toucher ses oreilles, le vermifuger, bref, ne supportait aucune contrainte au niveau de sa tête. Bien sûr on avait pu le désensibiliser  pour qu’il devienne un poney “bien élevé”, mais il restait toujours un peu crispé à ce sujet.
J’ai été bluffée de voir à quelle vitesse (peut-être 10 min!!) , en liberté, il a appris à venir mettre lui-même son nez dans le licol que je lui présentais de façon tout à fait statique, en étant à deux mètres de lui. Il semblait même y trouver de plus en plus de plaisir. En repensant au problème, j’imagine que c’est parce que, enfin, c’était lui qui pouvait contrôler la situation, au lieu de la subir (et donc de la craindre)

C’est évidemment ce genre de petit miracle qu’on ne parvient pas à photographier!

Malgré le vent glacial, le soleil était au rendez-vous pour la traditionnelle photo de groupe.

 

Catherine complète la théorie, répond à nos différentes interrogations, et surtout, nous annonce que nous allons maintenant comprendre (dans notre chair!…) ce que nous avons exigé de nos poneys pendant ces deux jours… nous allons nous clicker deux par deux!

Brice, cliqué par Juliette, nous a bien fait rire, quand, sur un pied, bras tendu, en perte totale d’équilibre, il a failli se casser la figure avant de réaliser que c’est avec la porte du frigo qu’il devait faire quelque chose.
Durant cet exercice du “clickeur clické”, nous avons pu réaliser l’importance de la justesse, de la précision et de la vitesse de réaction du clickeur par rapport à la proposition du clické.
Si le clické (donc le cheval) ne comprend pas, c’est toujours la faute du clickeur (Nous!!)

Ce qui est stupéfiant avec cette méthode, c’est de voir la quantité de choses que les poneys ont apprises en un jour et demi, et la vitesse à laquelle, une fois les bases mises en place, ils comprennent les nouveaux défis qu’on leur soumet.
Ils ont appris: que le click annonçait quelque chose de très agréable (la récompense)
Que certains comportements de leur part pouvaient déclencher ce click (et donc la récompense)
Qu’ils pouvaient faire plusieurs propositions sans aucune conséquence désagréable (pas de punition, juste une absence de click)
à partir de là, ils ont expérimenté et vite compris qu’ils pouvaient:
proposer de bouger une des  différente parties de leur corps (la tête, le regard, un antérieur, un postérieur)
proposer un mouvement, (en avant, en arrière, sur le côté) ou l’immobilité.
Qu’ils pouvaient suivre une “cible”, la toucher, se placer dessus.
Que les différents accessoires qu’on leur présentait (Gros ballons, tapis à dérouler, tabourets, slalom, cerceaux, balles etc…) n’avaient rien d’effrayant mais étaient pleins de possibilités exploratoires (toucher, mettre en bouche, pousser, grimper dessus, gratter du pied, tourner autour, sauter etc…)
 

… Mais ils ont aussi appris qu’on pouvait… obliger “son humain” à clicker… comme Ithaque, le surdoué, qui se couchait, s’asseyait, grimpait sur un tabouret, escaladait le tonneau de plus en plus frénétiquement sans que Juliette réalise que c’était lui qui menait la danse!!

En conclusion, ces deux jours, qui n’ont été que du bonheur pour les stagiaires et pour les poneys, nous ont révélé l’incroyable efficacité du renforcement positif, de l’apprentissage dans le plaisir, et aussi qu’on sous estime complètement les capacités cognitives des poneys, leurs facultés d’observation, d’analyse, de concentration, de compréhension et du coup leur vitesse d’apprentissage, pour peu que nous leur donnions les bonnes “cléfs”

Si vous voulez en savoir plus, nous vous rappelons le site de Catherine Collignon: http://www.animalin.net/

Nous vous recommandons également l’excellent  numéro Hors série Mars/Avril de Cheval Magazine; “Montez éthologique” qui présente un  historique et un panorama des méthodes  d’apprentissages éthologiques (donc basées sur le comportement naturel des chevaux). Il est vendu avec un DVD sur le clicker, qui n’est qu’un résumé du DVD “cliquer sur le cheval” auquel a participé Catherine et qui est vendu  chez animalin : http://www.animalinboutique.fr/produits/index.php?catid=32